Avec l'aimable autorisation du Deutscher Spitz Club of Belgium - www.dscb.be

Article paru dans la revue du club

Chute des poils chez le Poméranien / Spitz-Nain

Brigitte Sovonja

Après la parution des premières photos d'un Spitz Nain avec « Black Skin Disease » (BDS) dans le journal du Club de Spitz en Allemagne, plusieurs propriétaires de Spitz Nains et également de Spitz Loups m'ont contactée. Leurs chiens étaient victimes de cette maladie et ils cherchaient plus d'informations et d'aide, ce qu'ils ne pouvaient pas obtenir des éleveurs de leurs chiens. De plus, ce problème spécifique pour la race est inhabituel pour la plupart des vétérinaires.

Quoique ce problème se manifeste déjà depuis une dizaine d'années chez les Poméraniens et les Spitz Loup – qui font partie de la race des Spitz allemands – jusqu'à aujourd'hui il existe apparemment peu d'informations pour les propriétaires de chiens touchés, non seulement en Allemagne, mais aussi dans les autres pays européens.

L'Alopécie a plusieurs causes et tous les chiens qui souffrent de chute ou de problèmes de poil ne sont pas BSD. Mais autres problèmes, comme l'affection transmise par des puces ou des problèmes fongiques, peuvent facilement être diagnostiqués et traités. Suite un traitement réussi, le poil sera régénéré complètement. Ainsi, les maladies dont les symptômes extérieurs font penser au BSD, comme une défaillance de la thyroïde (Hypothyroïdie), le Syndrome de Cushing (Hyperadrenocortisisme) ou des tumeurs des glandes, peuvent être identifiées par le vétérinaire et traitées d'une façon pertinente.

Dans l'article présent, il s'agit de « chute mystérieuse de poils » chez les Poméraniens, depuis longtemps connue et crainte par les éleveurs comme « Black Skin Disease » - ou « BSD ». Chez quelques éleveurs, le problème était tellement grave qu'ils devaient renoncer à l'élevage de Poméraniens. L'expression « Black Skin Disease » n'est pas un terme médical, mais simplement une description des symptômes extérieurs par les éleveurs, c'est-à-dire la décoloration noire typique de la peau après la chute des poils. Quiconque est familiarisé avec la race sait immédiatement de quoi il s'agit et donc je continue à employer cette expression.

La forme d'Alopécie en question se manifeste particulièrement chez les races nordiques comme Alaskan Malamute, Sibérien Husky et Samoyède, chez le Chow-Chow et le petit Caniche et jusqu'aujourd'hui elle n'a pas encore pu être examinée. Récemment on l'a diagnostiquée également chez les Shih-Tzus. Contrairement aux éleveurs de Poméraniens, les éleveurs d'autres races comme le Spitz Loup ou l'Alaskan Malamute, où les symptômes sont normalement moins prononcés, ne parlent pas de Black Skin Disease mais de « Coat Funk ».

Le Poméranien est une race avec beaucoup de problèmes de santé, non seulement la luxation de la rotule bien connue chez nous, mais aussi un certain nombre de maladies héréditaires souvent fatales. Mais aucun thème n'alerte plus les éleveurs et ne provoque autant d'inquiétude que les trois petits mots « Black Skin Disease ».

Les Poméraniens séduisent par la beauté de leur fourrure longue redressée par un abondant sous poil. Certains Poméraniens commencent soudainement à perdre des poils. En général, apparaissent d'abord des tâches chauves et la peau devient noire à hauteur des cuisses et du cou, plus tard les flancs sont attaqués. La chute de poils peut s'étendre sur tout le corps et la peau se décolore petit à petit, devient rose grisâtre voire noire (hyper pigmentation). Il reste seulement du poil sur la tête et aux pattes. Ce sont surtout les mâles qui sont atteints et les premiers symptômes se manifestent très souvent à l'âge de 2 à 3 ans. Mais le problème se présente aussi chez les femelles, cependant plus rarement.

Un deuxième groupe est constitué des Poméraniens qui ont déjà les symptômes en étant chiots. Ces chiens ne perdent pas leur fourrure de chiot et ne développent pas le poil d'adulte (plus longs). Le reste de la fourrure devient dur et fragile et fini par tomber complètement.

Excepté ces groupes d'âge typiques, la perte du poil chez les Poméraniens peut apparaître à n'importe quel âge, même chez les chiens de plus de 10 ans. La castration ne joue aucun rôle.

Tous les Poméraniens ne perdent pas complètement leur pelage, plusieurs souffrent de chute moins prononcée, souvent seulement à hauteur des cuisses et de la queue. De face, ils ont l'air normaux, et on le remarque quand on les observe de derrière, où ils ont plus ou mois de poils, parfois une queue peu touffue et la peau apparaît noire à hauteur des cuisses.

BSD se présente de manière identique chez les Poméraniens anglais et chez les Poméraniens américains. On n'a pas encore découvert à quel moment exact le problème est apparu pour la première fois, puisqu'on faisait l'impasse sur ce problème en ne montrant jamais les chiens en public. Manifestement cela s'est passé déjà au moment de l'exportation de Poméraniens anglais vers les États-Unis et la maladie existe probablement aussi longtemps que la race elle-même.

Une éleveuse américaine qui travaille déjà depuis des années explique qu'avant que la maladie apparaisse chez elle, elle n'avait jamais vu de Poméranien touché. C'était dû au fait que les éleveurs cachaient ces chiens ou pratiquaient l'euthanasie, ils se taisaient ou reniaient le problème dans leurs élevages.

Pour la première fois depuis des années quelques éleveurs et propriétaires américains se sont fait connaître et ont montré leurs chiens victimes. A l'heure actuelle ils se donnent beaucoup de peine à tirer l'affaire au clair et à informer la prochaine génération d'éleveurs.

Il n'y a pas tellement longtemps qu'on croyait que BSD apparaissait seulement chez un certain type de Poméraniens, notamment les Poméraniens oranges, préférés par beaucoup d'éleveurs pour leur apparition « extrêmement typique » et pour la fourrure abondante et pelucheuse et le « baby-face » qu'ont déjà les chiots. Aujourd'hui, grâce à la génétique, on part de l'hypothèse que, aux États-Unis, à cause du croisement consanguin intensif (pour obtenir un type nouveau ou préféré), BSD a pu croître en même temps avec ce type et se trouve ainsi fréquemment dans plusieurs lignes sanguines. Des Poméraniens moins « typiques » étaient considérés comme non affectés jusqu'à il y a peu. En utilisant le sperme de mâles des lignées fortement contaminées, à l'origine pour améliorer le type, BSD pouvait resurgir également parmi les couleurs plus « exotiques » comme « black and tan » et « bigarré ».

On se pose souvent des questions au sujet du pourcentage de Poméraniens touchés. Puisqu'on passe sous silence le plus possible, le chiffre exact est probablement plus élevé qu'on ne le pense. Certaines éleveuses américaines font mention de chiffres de 1 chiot sur 30 jusqu'à même 1 sur 10 chez quelques éleveurs, et ce chiffre est en augmentation.

On se pose également des questions au sujet de l'espérance de vie de ces chiens. Les avis sont partagés à ce sujet. A la fois, beaucoup d'éleveurs prétendent que leurs chiens à BSD sont aussi sains que leurs Poméraniens non affectés et qu'ils vivent aussi longtemps, et d'autres disent que les animaux touchés développent d'autres problèmes de santé, ce qui diminue leur espérance de vie. Peut-être est-ce lié à l'existence d'autres problèmes de santé dans les mêmes lignées sanguines. Ce dont on parle fréquemment, ce sont les sautes d'humeurs remarquables et récurrentes chez les chiens affectés, comme p.ex. états d'angoisse et de stress.

Au cours des dernières années, les éleveurs ont essayé plusieurs remèdes « de bonne femme » et cures, avec ou sans succès, qui ont été transmises d'une génération d'éleveurs à l'autre (et qui maintenant sont toujours recherchés !). On dit qu'on obtient de bons résultats en utilisant des shampooings au goudron et soufre, et des shampooings contre les mycoses, en lavant les chiens plusieurs fois par semaine durant quelques mois. D'autres éleveurs traitaient leurs chiens chauves avec une bonne dose de spray contre les parasites et puces, et donnaient des compléments spéciaux, même des herbes chinoises. Quelques éleveurs ont développé une « recette secrète », et pour eux il n'y avait rien de tel. Plusieurs de ces traitements sont souvent dangereux pour les petits chiens, et certaines préparations ont beaucoup d'effets secondaires.

Tous ces médicaments, bains, pommades ou même exorcisations avaient du succès ou non. Ce qui faisait repousser les poils de certains Poméraniens, n'avait pas d'effet chez d'autres – et vice-versa. Chez quelques chiens les poils repoussaient après un traitement – et tombaient aussitôt Ou encore, la fourrure repoussait, mais chez certains chiens les cuisses et la queue restaient chauves. Chez des chiens non traités il y avait aussi des périodes de rémissions où tout d'un coup les poils repoussait, on mentionne même des Poméraniens contaminés qui pendant leur vie parcouraient des périodes de repousse et de chute de poils. C'est pour cela qu'on suppose que la repousse des cheveux chez ces chiens n'était pas due au traitement de plusieurs mois, mais même sans traitement il y aurait repousse.

A présent, de plus en plus d'éleveurs refusent d'administrer des doses substantielles de pesticides ou de donner des bains spéciaux à leurs chiens, mais simplement décident de ne plus continuer l'élevage avec eux.

Les vétérinaires qui examinent ces chiens se trouvent également devant une énigme et une gageure. Pendant des années on applique des recherches et des études, qui jusqu'à présent n'ont pas encore donné de réponse définitive au sujet de la cause exacte. Depuis que cette forme d'Alopécie a été décrite dans la littérature vétérinaire à la fin des années 70, il y avait un grand nombre de soupçons et de théories, et aussi le nom de l'affection changeait toujours. La description officielle équivalente qui existe le plus longtemps est « Alopécie X » (le X signifiant cause inconnue). Auparavant il y avait beaucoup de dénominations différentes, comme p.ex. Castration Responsive Alopecia, Growth Hormone Responsive Alopecia, Severe Hairloss Syndrome et quelques autres (et nous devrons tenir compte d'un nouveau nom, suite aux recherches scientifiques ultérieures).

Pour les vétérinaires les possibilités de traitement des chiens affectés sont ou bien la castration ou bien mélatonine. Dans plusieurs cas ces deux traitements ont mené à la repousse des poils. Quelques Poméraniens avec une valeur minime de la thyroïde réagissent au traitement avec médicaments, même s'ils n'ont pas d'autres symptômes de fonctionnement minimal de la thyroïde. Dans tous ces cas, la repousse des poils est rarement permanente, et beaucoup de chiens perdent de nouveau leur fourrure après quelques mois. Quand on applique alors le même traitement, celui-ci, par expérience, n'a plus d'influence.

Aujourd'hui il y a d'autres possibilités de traitement. Un grand tournant dans le traitement d'Alopécie X est arrivé quand un Anglais, dans le cadre d'une étude, a essayé le médicament le Trilostan chez les Samoyèdes et les Spitz (à l'origine permis contre le Syndrome de Cushing) avec un résultat positif de 90%. Après extension de l'étude chez les Poméraniens et les petits caniches, en Allemagne on utilise le Trilostan contre l'Alopécie X avec efficacité. Le même succès est obtenu avec Lysodren, une autre médication pour traiter le Syndrome de Cushing, mais souvent déconseillée à cause des effets secondaires.

Pour un chien aussi petit que le Poméranien, il faudra tenir compte du risque d'effets secondaires, et en cas de doute il faudra accepter le « problème cosmétique ». Si le chien est sain, à l'exception de la chute des poils, beaucoup de vétérinaires sont d'avis que le meilleur traitement est bien souvent l'absence de traitement.

Finalement il faut dire encore ce qui suit : le Spitz, et plus particulièrement le Poméranien, selon le standard de la race, est pourvu d'une fourrure abondante consistant en un sous poil dense et un poil couvrant plus long, à collerette opulente et queue touffue, et cela n'est sûrement pas la dernière raison pour laquelle l'amateur préfère cette race. Nous espérons donc qu'il peut survivre avec une telle apparition.

* * * * * * * * * * * * * * *

Je voudrais remercier ici particulièrement les éleveurs et propriétaires de Spitz Nains (Pomeranian) aux USA et au Canada qui m'ont communiqué dans de nombreuses et longues discutions leurs expériences avec BSD et qui ont mis des photos à ma disposition !

Brigitte Sovonja

Beaucoup d'informations sur l'Alopécie X et BSD sont à découvrir sur Internet en Anglais sous les links suivants :

http://www.veterinarypartner.com/Content.plx?P=A&A=1487&S=1&SourceID=42

http://www.marvistavet.com/html/body_alopecia_x.html

http://www.pcoc.net/black-skin-disease.htm

http://www.pomerama.com/shl.htm

BASIK

spitz adn

BASIK (Base Adn Santé Internationale du Keeshond), c'est l'application créée par Passion Spitz Loup pour vous donner accès aux informations relatives à la santé des lignées de spitz qui vous intéresse... Pour que vous ne puissiez plus dire "je ne savais pas !" Et parce que les éleveurs deviendront consciencieux si les acquéreurs le sont eux même : propriétaire ou futur propriétaire de spitz loup, c'est VOUS qui détenez l'avenir de la race au creux de vos mains !

Restons en contact !